• Pas de suicide ces jours-ci.

     

     

    Pas de suicide ces jours-ci.


    Quand viendra la fin, tous les aveugles diront qu'ils l'avaient vu venir. Les muets l'avaient dit aux sourds.

     

    Tout le monde le savait, ne manquait que le réceptacle pour organiser le savoir. Sinon c'était prévisible.

     

    Celui qui sait attendre, (le sensé du tout vient à point), ne saura jamais plus qu'attendre et son « tout vient » ne sera que nostalgie.

     

    Les jours succéderont aux nuits et ainsi de suite, de temps à autre une douleur pour lui rappeler que le pire est toujours probable.

     

    L'humanité est une idole creuse qui s'auto vénère.

     

    II est plus facile de greffer une tête d'illuminé sur un empire que de répandre le moindre des sentiments. C'est une fête à base de sang et de cris où la limite de la douleur apparaît comme une simple convention.

     

    Souvenez-vous, nicotine brumeuse des petits matins. Petite fraîcheur saine qui monte d'un sol qui s'éveille aux premiers rayons d'un soleil immuable. Brûlures d'alcool, toiles d'araignées couvertes de rosée. Femelle endormie qui murmure en rêve. Encore une guerre et je reviendrais.

     

    Les héros ne survivent pas à l'absence de conflit. Le Capitaine se roule un joint, bouffées de souvenirs. L'éternelle pute de Saïgon n'est qu'un concept, pour l'adolescente qui est morte depuis dans un bordel c'était douleurs pour dollars. Le capitaine hausse les épaules, tire un taf, tousse, sourit à des anges sodomites, raconte un souvenir qui n'est que le six milliardième des souvenirs du monde. J'ai un haut-le-coeur, cela faisait longtemps que je n'avais pas observé la réalité. Je n'ai même pas une arme pour me rassurer, pour inquiéter les autres. - Un mec désarmé est un mec suicidaire.

     

    Une télé clignote, pubs et stratégies guerrières, lavage de crânes pour populace semi-­comateuse. Informations, rappels du malheur des autres, ragots à la mode du jour, journalistes de vinyle rayé, inlassable parole ordinaire, banalités des guerres et des massacres. Mensonges éternels des politiciens, promesses de voleurs trouvant leurs cibles de crédulité affamée.

     

    « La terre tourne » trouve t'on en conclusion de cette connerie surdouée, sur ­mesures. Cette convivialité de convenances complices qui comptabilise des complaisances, des concupiscences salubres comme cette eau bleue qui symbolise les menstrues dans les pubs pour tampons hygiéniques. Alors que dans le film qui suivra la cervelle de l'indien jaillira en flots rouges sur les murs.

     

    Monde de l'inversion où le sang de la fécondité est tabou et le sang du crime un spectacle.

     

    Symbolisme de la technique, une télé peut imploser et non pas exploser, c'est à dire, qu'elle s'achève en aspirant tout, en comblant son vide cathodique du vide de la pensée commune.

     

     

     

    Cette nuit, comme les autres, j’ai survécu.

     

     

     

    db

     

    « Hier Encore Kreatworks deviantART »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter