• L'ombre du temps.

     

    Quand j'écris à la folie, elle me répond et je suis accusé de réception, je réceptionne avant l'heure des théories suspectes, à vrai dire j'écris sur l'ombre du temps.

     

    Je suis un ectoplasme et je soupçonne le monde d'être autour de moi. La nuit. La nuit surtout quand la géométrie du doute s'installe sur mes peines avec le regard étrange des chiens qui ne croient plus aux hommes. Je me prosterne, je m'inquiète, j'ajoute au doute qui devient certitude, parole de mon ventre, je suis mesuré au principe de l'angle droit comme un I.

     

    J'ai des souvenirs circonflexes et des accents d'outre-tombe, mon cercueil ouvert pour la frime, un bluff de plus concernant ma capacité de fuguer, de rejoindre l'autre versant, de quitter l'effroi pour l'ombre. J'ai des regards dans le passé, des yeux grimpants comme des lierres griffant les pierres de leurs ongles verts et gris. Ils me regardent, je me vois par eux, je suis eux, je me perds de vue, la vue me perd, je disparais dans un ouragan comme une boite d'allumettes sur l'océan. Adieu, feux et lumières dans la nuit, phares des  rivages, incendies de cargos. Je me noie dans la goutte d'eau qui fait déborder le vase qui tant va a ma peine qu'il se casse enfin.

     

    J'accepte le fret comme des remords, mais je reviendrais à vide et plus avide encore en corps, je le sais, je le sens. Revenir c'est n'être jamais parti, souvenirs en plus. Je vous écrirais tout ça, si j'en reviens, si les mots m'acceptent. Mon incapacité à survivre, est plus faible que ma résistance, allez comprendre, si je comprenais moi même, le monde serait à portée de mes  mains, il ne faut pas se laisser abuser, le monde est plus grand que l'imaginaire. C'est un des dons de l'imagination que de faire croire qu'elle est plus grande que la réalité.

     

     -db-

     

    « Georges Hyvernaud - Lettre Anonyme -Hier Encore »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter