• Interlude Machine Traumatique

    Tout est bon pour sauver la mediocrité sociale, la bourgeoisie delinquante a tant besoin de supercheries, ... voyons les gens ne sont pas fous, monsieur, ils consomment, ils consomment, ils consomment... Tout leur donne raison et d'abord eux meme et ce miroir qu'ils nomment télé et dont ils ne se lassent de se voir si beaux, si riches, si magnifiques dans le ridicule de leurs aspirations.. Tous ces gens fonctionnent comme si le but de la vie était uniquement l'art de se differencier du voisin, d'ajouter une option à leur consécration, bourgeois désuets et prolos disqualifiés à vouloir ressembler à leurs maitres..
    Lire, lire, encore un piege qui rapproche de cette réalité qu'il suffirait de fuir, comme les guerres semblent plus franches face aux mesquineries de la paix, aux lachetés des arrangements pacifiques et "commerciaux".. Lire, oublier les armes, attendre, l'age va resoudre, la vieillesse sera un pansement sur le doute, une erosion sur la revolte, oh encore un espoir jamais concilié.
    Je ne veux pas finir avec des mots economiques, ne pas tomber dans leurs consensus, et meme si par accident ou loi des probabilités ils finissaient un jour par avoir raison une seule seconde, ne pas les croiser, ne pas les voir, continuer de les ignorer.. Ils ne sont sur le chemin qu'en termes d'usure du monde .. Qui, ? Plus les gens sont adaptés et plus ils semblent vidés, .. Etal de la boucherie du supermarché, alignés, viande propre, illusion democratique, garde à vous, fumisterie.. Je ne veux pas finir avec des rides sur mes verbes.. Mourir pacifiquement est comme une defaite, un forfait.. Quand les mutants surgiront j'apprendrais la menuiserie, je ferais des cercueils.. Je ne veux pas prendre les mots avec des pincettes, je veux les broyer de mes mains, avec le sang de mon ame et les passions de ma chair..
    Quand ils feront la revolution j'irais en vacances, j'aurais des amours ancillaires, j'irais à l'eglise me repentir et je payerais des enfants chinois pour me fabriquer les armes de la liberation ... Quand ils se revolteront je serais vieux ou mort ou les deux comme eux, ils auront un drapeau et des slogans, rien ne change jamais..

    Les nuits plus longues que l’ensemble des consolations..

    « Ceci n'est qu'une fiction, éteignez votre moniteur.encore un sans titre »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter