• Illuminé majeur.

     Illuminé majeur.

    Mon nom est Elie. Vous commencez à me connaître depuis le temps que je surgis avec les tuniques bleues cependant que le fort est secoué par les Apaches.

    J'ai creusé les tombes de ce fichu cimetière et mon ami le Capitaine m'a vendu une concession frauduleuse en sous-main et dessous de table, ce qui me mène bien bas.

    A vrai dire j'ai l'habitude, le regardant droit dans ses yeux glacés, lui, allumant un de ses infects cigares, soufflant à mon nez la fumée des jours passés à me demander:

    - Pas marre des balivernes ? Sais-tu combien de femmes sur la terre ? Combien de litres d'alcool ? De plans de tabac ? De bons plans ? De livres à lire ? De steaks à découper dans le muscle des pur-sang ?

    C'est ma conscience avec son holster équipé onze quarante-trois, mon  couteau de Gi's, ma carte d'électeur et tout ce sang vaguement désordre.

    Pas la tête à tout comprendre mais des souvenirs sous un ciel gris-bleu peuplé d'oiseaux effarouchés par mes cris.

    Observé mes mains, frotté mes yeux, papillons un instant dans les rétines. Misère ! C'est plein d'ennemis ici ! Ils peuvent m'envahir, me vendre une auto, boucher ma boite aux lettres, me réclamer des arriérés, me filer une pub dans la trachée tranchée, promotion mec, ta soeur en sait quelque chose.

    J'ai levé la main, fabriqué un poing, disposé à frapper, n'importe qui, n'importe comment, juste pour le plaisir. Passer l'instant. L'éternel instant.

    Elle a surgi de derrière ma raison. Elles sont toutes comme ça, elles surgissent tels des sentiments et le monde vacille. Impossible à comprendre. J'ai rédigé le formulaire, demande d'explications détaillées une fois pour toutes.

    Esclave de mon simple coeur et c'est lui qui a tort. Le coeur n'est qu'un muscle creux ! Qu'on se le dise ! Aortes, ventricules. Battements.

     

    J'ai observé le ciel, n'en perd pas une non plus celui-là. Alors moi, simple mortel, il me restera bien dix balles pour me taper une absolution.

     

    J'ai plongé sur mon livre, tout lui expliquer, détailler, enjoliver, imaginer, révéler.

     

    Mais elle était là comme mon ombre. Une démone en voiles de sainte matérialisée telle un clonage de Vénus. J'étais un ermite perdu dans la foule repéré à la lueur de ses yeux. Faire le point : je suis un homme de mes  semelle jusqu'à mes cheveux au vent, un composé de viscères et de système neurovégétatif sur mesures. Une aubaine de compréhension. Un fabuleux métaphoriste, un poète chaviré avec des couilles romantiques.

     

    Juste bon pour un sourire inquiet.

     

    J'ai sorti mon flingue mais elle a dégainé plus vite que moi, les temps ont changé.

     

    Le coeur rien qu'un muscle creux, pas fonctionnel. Un sentimental sur la dalle. La fraîcheur du marbre me ramène à la réalité.

    Mon nom est Elie, je me déshabille, je me lave et j'arrive, j'ai de l'organe pour un exploit.

     

     -db-

     

    « Allons au flanc.Leon Bloy - Pour exaspérer les Imbéciles - Article sur l'incendie du Bazar de l'Hotel de Ville. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter