• encore un sans titre

    Tous ces visages gris
    Qui vont à la vie
    Et que vienne
    Et que va
    Va mon coeur
    A la nuit
    Et le temps
    Les attend
    Comme les putes
    Le font
    C'est à dire
    Très longtemps
    C'est les rides
    Qui écrivent
    Le journal
    Des anxieux
    C'est la pluie
    Qui s'y glisse
    Comme un charme
    Malheureux
    Va mon coeur
    A la nuit
    Va que vienne
    L'ennui
    C'est novembre
    Qui se lit
    Comme un livre
    Qu'on oublie
    Comme la nécrologie
    Des amants disparus
    Va mon coeur
    Que surviennent
    Les rèves-océans
    De nos peurs d'enfant
    C'est une rose
    Dans le sang
    Le mouchoir
    D'un génie
    C'est une clause
    Qui dit "non"
    A l'espoir de survie
    Va mon coeur de géant
    Battre à l'heure
    Qui fout l'camp.

    « Interlude Machine TraumatiqueMachine 729 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter