• Des spécialistes ont bricolé notre destin.

    Des spécialistes ont bricolé notre destin dans tous les bars de l'univers. Avec la fièvre en plus pour transporter l'ordre vers leurs illusions .

    Impossible d'apprécier sans y avoir goûté. C'est le pouvoir du sang. Le miel rouge de toutes les origines.

    Les maîtres jettent les dés du destin et nous récoltons le sourire jaune de la mort. Ils ont une logique pour chaque chose et le même rictus dans tous les festins. Je t'enverrais sur une carte un atome de caresse. Signé: personne et zéro.

    -Ecrire ou faire de lourdingues collectes de solutions en usine.

    - Ainsi tu écris aux muses un parcours clair ?

    - Il faut sauver le coeur.

    Je fonds en larmes serrées.

    Toujours le même vague à l'âme.

    - Tu veux retourner dans un endroit qui ne soit pas encore squatté. Tu veux séduire.

    Lou Mary, chair de l'existence, un des poèmes, le coeur en état de siège. Elle est là, faisant office de flash-back sans fin. Retour aux lèvres. Je suis seul et je parle, je rejette de la fumée et de la poussière.

    - Tu es un joueur disait la tapineuse en forme.

    Il y a dès jouisseurs morts dans les déchets.

    Pour elle la vie est artisanale dans une rue qui mène à l'anonymat.

    Elle réalise leurs fantasmes avec des chiffres et l'espoir d'une évasion. Mesdames de la nuit, une seule enseigne; le triomphe.

    Mes souvenirs tombent.

    Il fallait bien passer, la moquette nous mangeait les pieds.

    - Ta bouche est un miroir de tristesse. Un organe pour trahir.

     

    La fenêtre s'est ouverte sous une volée d'oiseaux luisants qui criaient mon nom. Des confettis remplaçaient les nuages, un chien mangeait son maître, j'ai reconnu là une machination gouvernementale conçue pour développer ma psychose synthétique. Je me suis levé pour refermer la fenêtre et c'est alors que j'ai vu, dans la rue, cette blonde qui s'enfuyait avec mon cercueil. Elle avait une silhouette enlacée de latex et se déhanchait comme un navire sous la tempête.

    -db-

    « Johnny Cash - 'Hurt"Ils tournent encore autours de leurs cadavres.. Ils tournent encore... Ils.. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter