• A tous les bateaux..

    A tous les bateaux qui préfèrent le fond plutôt que les ports, à tous les fantômes qui me hantent et leurs couteaux comme des sourires, à toutes les peines que je recouds comme une maman appliquée avec des mains tremblantes, moi, l'orgueilleux capitaine, vaincu parce que pas mort, survivant, un poème dans la plaie et le sang des mots sur mes mains, coupable, innocent parce que lâche, à tous les ba teaux sans Colomb qui découvrent des filles sur des jetées au crépuscule, à toutes les larmes qu'il a fallut pour construire l'océan et ce n'est pas fini, à toi quand tu me regardes, quand je te dis « laisse le vent soulever ta jupe et je t'écrirais un poème », quand la brume t'emporte parce que ce con de Diable n'a plus le temps de nous damner, à tout ce qui a manqué dans ma guerre; armes, alcool, repos du guerrier, et même, ennemis...
    A tout ce qui m'empêche de dormir, à tout ce qui m'empêche de me réveiller ; poèmes, rêves, souffles, chaines, cris, os, silence, bruit, papillons, assassins, victimes, amour et mort,
    à rien, à la musique,
    à tout ce qui devrait faire un poème si j'avais les armes, à tout ce qui me manque pour faire une Révolution ; toi, lui, elle, le goût du sang, le temps, la rime,
    et puis à tout ce qui me fragilise parce qu'il est bon d'être humain,
    je dilapide mon dernier neurone,
    à tous les bateaux qui dorment au fond des mers, avec des secrets d'épaves, je ne sais pas nager, attendez moi.
    -db- 2011 -


     

    A tous les bateaux..


    « Jardin.Alabama Song »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter